Et pendant une crise?

Eckhart Tolle« J’ai eu une conversation avec des gens que j’ai rencontrés et qui vivaient ce qu’on pourrait appeler une crise de l’éveil. Il semble que leur identification au soi ait presque entièrement disparu et qu’ils se retrouvent dans une sorte de terreur. Et ils ont l’impression de devenir fou. Je ne vis pas cela moi-même, mais j’ai vécu des moments où l’abandon total du contrôle de toute chose fait peur en quelque sorte. Je me demande simplement si vous pouvez parler de cela. »

 
 

Réponse d’Eckhart dans cette vidéo de 13 mn:

 

 

Transcription complète de la vidéo

 
 
 

Ici en format pdf

 

Cliquez ici pour télécharger la version MP3 de la vidéo

 

Cliquez ici pour d’autres conférences d’Eckhart Tolle sur ce blog


 
 
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (9 votes, moyenne: 4,44 de 5)


 


DÉCOUVREZ LE LIEU DU PROCHAIN STAGE PRÈS DE CHEZ VOUS!

Fédération Nouvelle Terre

 

Commentaires

commentaires

Tags:

  1. Daniel’s avatar

    Tres intéressant et cela rejoint les théories de la [vraie] méditation.
    Toutefois, les animaux, qui ne partagent pas nos questions métaphysiques sont donc dans le présent (car ils n’ont pas la conscience du futur) mais je doute qu’ils soient sans peurs et dans la jouissance…?

    Répondre

    1. Nadine’s avatar

      Cette question m’ intéresse aussi j’ai envie de tenter un raisonnement….
      Comme nous, les animaux (et pas que) ont des organes perceptuels et donc ressentent peur et jouissance d’une façon purement instinctive. Ils ne la saisissent pas, ils ne la malaxent pas conceptuellement. Ils ressentent la douleur mais comme le corps sait prendre soin de lui-même, le cas échéant, il dégage des endorphines pour la soulager. Je pense que cela doit être vrai pour tous les êtres sensibles.
      Cependant, le système réflexif mental humain est non seulement centripète (projection) mais aussi centrifuge (égocentrique) ce qui lui « permet » d’avoir une réflexion sur lui-même et ainsi d’entrer en conflit avec ce qui est (le moment présent) et c’est là que la Souffrance prend sa source. Ainsi, en plus de la douleur que le corps saurait gérer le cas échéant, nous lui collons dessus une souffrance psychique. Alors, quelle serait l « endorphine » contre cette souffrance ? à part le « lâcher prise », i.e. cesser de penser que nous avons quelque chose à faire, et qu’il nous faut pour cela toujours malaxer conceptuellement tout ce qui nous arrive, cesser de juger et supputer mille et une chose, et vivons simplement et naturellement ce qui est là… comme tous les animaux… qui ne sont jamais cruels, eux (c’est seulement nous qui parfois le pensons).

      Bon, il est évident aussi que je ne suis pas une littéraire, je m’exprime comme je peux avec mes mots, ce n’est qu’un partage sans prétention… Belle journée à tous,

      Répondre

    2. Nadine’s avatar

      ….Et, concomittamment, dans l’instant où tout n’est que spontanéïté et fluidité, (donc sans pensée)… on pourrait dire que « nous sommes vécus ».. par la Conscience Elle-m’aime. En conséquence de quoi, nous pourrions également affirmer que fondamentalement nous n’avons aucun véritable Libre Arbitre, et que nous sommes ainsi parfaitement Libres…. de toute angoisse, culpabilité, jugement etc… ! TOUT est parfait don’t worry, be Happy !
      … pourvu que l’on ai saisi que la pensée volontaire n’est pas une nécessité absolue, qu’elle peut donc être lâchée à tout moment… parce que l’esprit sait prendre soin de lui-m’aime et que le corps sait aussi prendre soin de lui-m’aime. (l’expérience le prouve),
      Etre canal dans l’instant présent, c’est être parfaitement ce que l’on EST de toute éternité…. et notre « volonté » égotique ne peut RIEN contre cela !
      et
      belle vie à tous et grand merci à Thierry !

      Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *