L’oubli de soi

Existent ces instants rares et privilégiés où, soudainement, nous ressentons une harmonie dans ce qui nous entoure; le plus souvent, ils surviennent au contact de la nature.

Cette harmonie témoigne d’un lien dont nous avons l’intuition. Il n’y a plus seulement un homme qui regarde trois arbres et un écureuil sous un soleil d’automne, mais chaque phénomène déborde de son cadre; chaque phénomène émet, rayonne; chaque phénomène tend les bras; ils se rejoignent, se frôlent et se touchent.

Cela peut se produire dans d’autres lieux moins prédisposés. Inopinément, cette sensation nous tombe dessus dans le brouhaha d’un bistrot enfumé, sur notre lieu de travail ou lorsque nous regardons les murs pelés d’une arrière-cour délabrée. Nous percevons la rumeur de l’unité.

Ce sentiment d’une harmonie se manifeste quand nous nous oublions, quand l’attention portée à notre environnement se suffit à elle-même, quand cette attention nous sort de nous-mêmes. Nous devenons simple présence attentive. Nous pouvons alors goûter la paix et la sérénité : nous avons réintégré l’unité; elle nous a rattrapés. Nous n’avons plus de poids. En son sein, nous flottons dans l’impalpable.

Mais vite, nous retombons dans notre personnage. Nous reprenons notre rôle et notre histoire. Pourtant, l’unique cause de ces trop rares expériences qui nous laissent un souvenir ému et nostalgique, cette unique cause est présente dans chaque instant.

Elle est là, maintenant, cher ami ! Partout autour de toi. Et en toi.

Alain Galatis

Comments

commentaires

Tags: , ,

  1. yadrou’s avatar

    Délicieuse déscription
    Tout le monde l’a vécu ou le vit.La juste précision de Alain.
    merci

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *