Miroir, mon beau miroir…

Miroir, mon beau miroir…

Oui Darpan (« miroir » en sanskrit) porte vraiment bien son nom. Dans cette interview décapante, réalisée par Brigitte Kirkorian Garcia (brideva.blogspot.com), se réfléchit à nouveau ce que je perçois comme étant un gros mensonge. En effet, Malgré des décennies à me donner bonne conscience et à faire bonne figure, je n’ai en fait peut-être jamais vraiment commencé le travail(?).

Il est vrai que j’ai plutôt adhéré il y a longtemps – et avec enthousiasme – à l’idée qu’une transformation neurophysiologique est possible juste par la simple compréhension intellectuelle. Enfin je croyais que c’était ça le « Jnana Yoga » et que ça suffisait de me faire des « shoots » de lecture de Nisargadatta Maharaj notamment quand j’asphyxie. Il est vrai qu’après toutes ces années, malgré certains moments extatiques ponctuels et brefs j’ai bien l’impression d’être toujours à la case départ.

Ma prochaine question à Darpan ou tout autre guide digne de ce nom serait d’ailleurs : « Ça ne marche pas le Jnana Yoga? Vous êtes sûr que ce n’est pas possible d’y arriver sans mettre les mains à la pâte dans le cambouis?, ça m’arrangerais parce qu’en fait je n’ai pas du tout envie de m’y aventurer dans cette jungle, surtout à mon âge, ce n’est pas sérieux enfin ».

Et vous? Avez-vous jamais commencé? Ou animez-vous aussi un blog spirituel, par exemple, en pensant que ça vous amènera quelque part?

Bon, faites-vous du bien avec cette vidéo en quatre parties, pensez à acheter son livre, vous ne le regretterez pas, et surtout à mettre en pratique!

Cliquez ici pour plus d’infos sur Darpan!

Et merci pour votre réponse à la question!




Comments

commentaires

Tags:

  1. Florence’s avatar

    A Patricia :
    Merci à vous de m’avoir lue et d’avoir laissé ce gentil message.

    En fait, cela a été l’occasion pour moi de relire ce que j’avais écrit. Aujourd’hui, je suis vraiment, mais alors vraiment dans une terrible traversée du désert et l’expérimentation est là : faire, être ce que j’écrivais il y a un mois.
    Pas de choix 🙂 Travail de déconstruction, de décomposition, lâcher encore et encore, jusqu’au RIEN qui est en vérité TOUT.
    Merci. Je vous lirai également avec attention et plaisir.

    Répondre

  2. Brigitte Garcia Kirkorian’s avatar

    Bonjour Thierry
    Je suis ravie de voir ces vidéos en ligne dans votre beau blog. Merci juste de remettre l’info de l’origine de cette ITW soit le blog brideva.blogspotcom. Réaliser ces vidéos c’est une grace pour moi bien sur, mais aussi un travail, qui part d’une intention ( au départ c’est mon métier ) aller en Suisse le rencontrer, refléchir aux questions qui me semblent pertinentes, et beaucoup d’échanges avec Darpan etc..Je trouve sinon merveilleux ces échanges de ressources sur la spiritualité. Dans deux jours je filme Betty et d’autres qui suivront. merci
    Brigitte KG

    Répondre

  3. Patricia’s avatar

    Merci Thierry !

    Cela résonne sans raisonner pour me faire comprendre !

    Bien à vous.

    Répondre

  4. gui’s avatar

    Excellent, thks for sharing Thierry! 🙂

    Répondre

  5. Nadine’s avatar

    Ai-je commencé ? y-a-t-il un début quelque part ?
    Oui, la VIE est ici et maintenant et tout le conceptuel n’est que du conceptuel… mais O combien utile !
    « heureux les simples d’esprit » !?…. : Plusieurs interprétations non contradictoires entre elles :
    – vivre sans rien conceptualiser, permet à la joie d’émerger….
    – Laisser l’esprit être le maître en soi et non le mental, évite tout conflit et peur, et alors c’est la joie qui s’exprime…
    – vivre dans l’ici et maintenant en ouverture avec le cœur et l’intuition et les choses se font tout simplement et heureusement….

    Mais avant d’arriver à autant de simplicité… il faut apprendre à sortir de la complexité conceptuelle,

    En quelque sorte, comme le rappelle Darpan dès le début : il s’agirait moins de rechercher à transformer quelque chose en soi mais plutôt à discerner la façon dont on empêche le Singulier d’advenir naturellement… et là est bien le plus difficile car nous avons très bien appris à « faire avec le mental dans le conceptuel complexe » et arrivons difficilement à nous en extraire …. et de plus, « s’en extraire » implique ultimement que nous n’en soyons plus conscient !!!!!

    En fait, il me semble que nous sommes forcément dans cet « étant non conscient » à de multiples reprises dans la journée…inconsciemment donc. Mais là encore, il est à discerner l’étant non conscient ignorant de l’étant non conscient au-delà de l’ignorance…. (c’est selon le niveau de conscience)

    La différence entre ces deux « étant » me paraît double :
    – d’un coté il EST ce qu’il est suite aux expériences conceptuelles de compréhension qui améliore la conscience en tant que reflexion motivée sur soi-même et d’autre part,
    – cet étant se « mesure » à la force de stabilité que nous ressentons en nous qui peut aussi se nommer « confiance ». Une vraie confiance en ce qui EST et adviendra… parce que quelque part, nous savons sans le savoir tout en le sachant ou en faisant « comme si » nous ne le savons pas mais nous le savons en réalité : que la Vie se vit en SOI sans aucun besoin de « notre » intervention…

    Voila des éléments de ma réflexion, intraduisible en totalité, aussi est-elle intelligible ? en tous cas, c’est ce genre de profonde réflexion qui participe, selon mon point de vue, de l’élévation de conscience… car cela renforce véritablement ma confiance profonde en la vie, en l’existence, quoi qu’il arrive… et toujours davantage, même si parfois… ça déstabilise tant que l’on a à passer quelques nuits noires…

    Merci à vous vraiment pour cet espace de Réflexion et surtout Bien à vous,

    Répondre

  6. Florence’s avatar

    Je ne crois pas qu’il y ait UNE réponse à donner. Ce que je sais, c’est que seule compte l’envie.
    Oui, il nous faut écouter, entendre l’appel profond intérieur de notre être. Un moment donné, il est nécessaire de savoir lâcher l’esprit, les pensées, les raisonnements et autres mentalisations, accepter notre (petite) personne et la dépasser pour laisser toute la place à notre être en nous connectant à ce que nous sommes vraiment.
    Alors, Darpan a raison, c’est un chemin de croix terrible, dévastateur et très dangereux, mais nous n’avons pas le choix.
    Il n’y a pas de début, ni de fin. Il n’y a pas de travail à commencer ou pas, puisque C’EST. La vie a déjà commencé le travail pour nous, la vie déconstruit jour après jour, épreuves après épreuves, ce que nous croyons être pour qu’enfin dépouillés, nous soyons ce que nous sommes.
    C’est, du moins, ainsi que je comprends tout ce que j’ai vécu et tout ce que je vis…
    En tous cas, merci Thierry pour ces mises en ligne, elles sont importantes 🙂

    Répondre

    1. Patricia’s avatar

      A Florence : Joli commentaire ; succinct, limpide, l’essentiel est dit simplement. Merci

      Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *