Je ne suis pas intéressé par ce que tu fais pour vivre.

Je ne suis pas intéressé par ce que tu fais pour vivre.

Je veux savoir ce qui brûle en toi et si tu oses rêver la réalisation de ce que tu portes dans ton coeur.

Je ne suis pas intéressé par ton âge.

Je veux savoir si tu prends le risque de passer pour un fou au nom de l’Amour, de tes rêves et de l’ aventure qu’est ta vie.

Je ne suis pas intéressé à savoir qu’elles planètes sont en carré avec la lune,

Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre tristesse, si tu as été ouvert aux trahisons de la vie ou si tu es devenu endurci et fermé par la peur d’une prochaine peine

Je veux savoir si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne sans bouger pour la cacher

L’amoindrir ou l’arrêter.je veux savoir si tu peux être dans la joie, la mienne ou la tienne,si tu peux danser avec ferveur et laisser l’extase te remplir complètement jusqu’aux bout de tes doigts et de tes orteils

Sans nous dire de faire attention, d’être réaliste et de ne pas oublier les limites de l’être humain.

Je ne suis pas intéressé à savoir si ce que tu me dis est vrai.

Je veux savoir si tu es prêt à décevoir les autres pour rester vrai avec toi -même et si tu peux supporter d’être accusé de trahison et ne pas trahir ton âme.

Je veux savoir si tu peux être fidèle et donc digne de confiance.

Je veux savoir si tu peux voir la beauté même lorsque ce n’est pas tous les jours bien joli, et si tu peux sentir que la source de ta vie réside en Sa Présence.

Je veux savoir si tu peux vivre avec les échecs, les miens ou les tiens, et pourtant continuer à te tenir debout au bord du lac en criant à la pleine lune argentée « OUI ».

Je ne suis pas intéressé à savoir ou tu vis et combien tu gagnes.

Je veux savoir si tu peux te réveiller après une nuit de chagrin et de désespoir, de lassitude et de douleur, et de faire ce qui doit être fait pour les enfants.

Je ne suis pas intéressé à savoir qui tu es et comment tu es venu jusqu’ici.

Je veux savoir si tu peux te tenir debout au milieu du feu avec moi et ne pas te dérober.

Je ne suis pas intéressé à savoir ce que tu as appris, où tu l’as appris et qui te l’a appris.

Je veux savoir ce qui te nourris de l’intérieur lorsque tout s’effondre autour de toi.

Je veux savoir si tu peux rester seul avec toi-même et si tu jouis vraiment de ta propre compagnie

Dans ces moments de vide.

(Texte d’Oriah, sage amérindien)

Commentaires

commentaires

  1. Morel’s avatar

    Merci pour, ce merveilleux message. Il fait du bien, il remet les choses a leur place, dans ce monde ou je me sens si souvent perdue ! Il me fait me sentir moins seule !

    Répondre

  2. Sylvie’s avatar

    Merci Thierry. J’aime rentrer le soir et lire ce que tu as envoyé car il est rare après que je ne sois pas en paix 🙂

    Répondre

  3. diane’s avatar

    Magnifique poème , si simple, si pur, si direct
    Merci Thierry de ces belles choses que tu me donnes en partage, c’est très nourrissant, très inspirant
    Merci

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *