Accueille ta peine…

« Accueillir une couche de peine »…avec Darpan, dont je découvre le travail et l’oeuvre avec ravissement A travers cette magnifique expression et message de l’amour inconditionnel. Nous revenons ici sur l’importance, la puissance de l’accueil, de l’écoute de soi et de son propre ressenti vers lequel bon nombre d’éveillés invitent souvent à se diriger.

 

Pour résumer (extraits):

La méditation que tu fais avec le souhait de t’extraire de cette peine… à la base l’intention est bonne, mais la pratique n’est pas bonne parce que tu utilises cette méditation comme une sorte d’échappatoire en pensant que ça va te libérer de cette peine. Plutôt que de l’accueillir, elle monte juste que dans ta tête. Accueille cette peine… détends ton corps…

…T’en a bavé et tu penses que la méditation va te permettre d’échapper à ça mais la vraie méditation accueille ces choses pour les purger de ton être

…le seul pas à faire, c’est d’accueillir cette peine, quel qu’en soit la raison ou l’origine, cherche pas à la comprendre, cherche pas à la maitriser, à la mettre de côté, à la « gérer », tu l’accueilles, tu l’accueilles, c’est tout…

… c’est comme une petite fille qui a besoin qu’on la prenne dans les bras… et toi tu fais des techniques d’adulte pour essayer de la mettre de côté, alors qu’elle à juste besoin que tu la prennes dans les bras et que tu l’accueilles…

…On est tous dans la même merde…

…C’est le raccourci le plus direct. Plutôt que de fuir pendant 40 ans cette peine, tu l’accueilles et tu la laisses sortir, et il n’y a plus besoin de lutter, plus besoin de fuir…

Ce n’est pas facile mais c’est simple

Le plus important c’est de l’accueillir…

Ça a été ta manière pour toi de survivre, de surmonter cette peine dans un contexte où elle n’était pas accueillie. Donc n’étant pas accueillie, tu as du trouver un truc pour t’en sortir et tu as bien réussi mais ce truc aujourd’hui, il se retourne contre toi…

c’est aussi simple que ça, accueille tes contenus douloureux, accueilles les comme des petits enfants qui souffrent, qui ont besoin qu’on les prenne dans les bras et qu’on reconnaisse leur souffrance. Simplement ça. Un enfant, quand on l’accueille avec sa douleur, qu’on l’aime, qu’on le prend dans les bras, il n’y a pas de médicament plus puissant. C’est l’amour. Tu entoures ça de ton amour…

Tu as la capacité de l’entourer de ton amour. Parce que tu es amour, derrière cette peine.

… C’est le seul moyen, car autrement les peines ne disparaissent jamais. Même si vous ne les sentez pas maintenant elles sont là…

Tu as tout ce qu’il faut pour dissoudre ces peines…

Tu connais ton histoire personnelle, tu sais les épreuves que tu as traversées. Il n’y a pas besoin d’analyse… L’histoire de l’Amoco Cadiz, tu la connais. Maintenant il faut ramasser le pétrole sur la plage. Quel que soit l’historique de ce bateau, au bout d’un moment, il faut prendre la pelle et enlever le pétrole sur la plage…

L’histoire n’est pas très importante, il faut désengluer ton être…

A chaque fois que tu sens un spasme, que tu sens la remontée d’une peine, tu l’entoures de ton amour et tu l’accueilles…

L’amour que tu es s’incarne à travers ce corps, pas à travers ta tête…

…La plupart du développement mental des femmes s’est fait à travers le mental des hommes. L’homme a injecté sa masculinité et son mental dans la femme à travers le sexe sans amour. La femme s’est masculinisée, non parce qu’elle voulait, mais pour une question de survie, pour survivre à l’homme sans amour, l’homme qui ne sait pas l’aimer… toutes les femmes ont souffert de ça.

 

Darpan est l’auteur de « L’Aventure intérieure« , un superbe témoignage incontournable, poignant et pédagogique sur l’art et la manière de nous libérer de nos souffrances et de réaliser notre vraie nature.

 

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne: 4,80 de 5)

 

 

Comments

commentaires

Tags:

  1. Nadine’s avatar

    Tout ce qui est dit est bon à entendre et à se rappeler que la peur sépare et donc fait souffrir et que la solution est l’accueil inconditionnellement….
    Etre Un avec la douleur, la sienne, celle de son enfant, la ressentir, être en empathie avec, c’est la reconnaître… donc naître avec, ne faire plus qu’un… et la dualité disparaît… plus de séparation et donc plus de souffrance aussi, car il faut être deux pour « avoir mal » : soi et la douleur…. et quand on s’unit à ce qui est…… seul UN demeure…..

    Répondre

  2. EYTYMA’s avatar

    Merci beaucoup de ce partage. Je connaissais l’idée d’accueillir l’émotion sans arriver à l’intégrer. Cette vidéo de DARPAN est très claire et va m’aider à le mettre en pratique.

    Répondre

  3. Sosefo Sept’s avatar

    Accueille ta peine est un archétype de l’attitude à avoir également devant une situation incomprise, une personne, une chose, etc… L’accueil est l’ouverture le contraire de la fermeture, une évidence vous me direz, mais une évidence de grande importance… Se fermer c’est la Peur… et c’est la peur qui fait souffrir…
    Amitiés dans l’accueil de l’autre et d’une façon générale de la vie…

    Répondre

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *